Karaoké La ville s'endormait - Jacques Brel

Cet enregistrement est une reprise de La ville s'endormait rendu célèbre par Jacques Brel

Formats inclus :

CDG
MP4
WMV
KFN
?

Le format CDG (également appelé CD+G ou MP3+G) est compatible avec la majorité des machines karaoké. Il comprend un fichier MP3 ainsi que la synchronisation des paroles.

Ce format est reconnu par la majorité des appareils (Windows, Mac, iPhone, iPad, Android, TV Connectées...)

Ce format est adapté au logiciel Windows Media Player installé par défaut sur la majorité des ordinateurs grand public.

Ce format est compatible avec le lecteur de karaoké KaraFun Player. Il permet d'ajouter ou retirer les choeurs, le guide vocal, changer le tempo, la tonalité...

Votre achat vous permet de télécharger cette vidéo dans tous ces formats, et ce sans limite.

À propos

Tonalité identique à l'original : Sim

Date de sortie : 1977
Styles : Variété française, En français
Auteur-Compositeur : Jacques Brel

Les titres à télécharger sont des playbacks bande orchestre, et non la musique originale.

Paroles La ville s'endormait

La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Et la nuit peu à peu et le temps arrêté
Et mon cheval boueux et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu et l'eau d'une fontaine
Et quelques cris de haine versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu'eux dont le corps s'ensommeille
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Et mon cheval qui boit et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde qu'elle ne se voit pas
Et la fontaine chante et la fatigue plante son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là qui est son souverain
On m'attend quelque part comme on attend le roi
Mais on ne m'attend point je sais depuis déjà
Que l'on meurt de hasard en allongeant le pas
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Il est vrai que parfois près du soir les oiseaux
Ressemblent à des vagues et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent la mer se désenchante
Je veux dire en cela qu'elle chante d'autres chants
Que ceux que la mer chante dans les livres d'enfants
Mais les femmes toujours ne ressemblent qu'aux femmes
Et d'entre elles les connes ne ressemblent qu'aux connes
Et je n'suis pas bien sûr comme chante un certain
Qu'elles soient l'avenir de l'homme
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait et j'en oublie le nom
Et vous êtes passée demoiselle inconnue
A deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait

Toute reproduction interdite

Signaler une erreur dans les paroles

Envoyer Annuler