Karaoké Le coureur - Jean-Jacques Goldman

Cet enregistrement est une reprise de Le coureur rendu célèbre par Jean-Jacques Goldman

Formats inclus :

CDG
MP4
WMV
KFN
?

Le format CDG (également appelé CD+G ou MP3+G) est compatible avec la majorité des machines karaoké. Il comprend un fichier MP3 ainsi que la synchronisation des paroles.

Ce format est reconnu par la majorité des appareils (Windows, Mac, iPhone, iPad, Android, TV Connectées...)

Ce format est adapté au logiciel Windows Media Player installé par défaut sur la majorité des ordinateurs grand public.

Ce format est compatible avec le lecteur de karaoké KaraFun Player. Il permet d'ajouter ou retirer les choeurs, le guide vocal, changer le tempo, la tonalité...

Votre achat vous permet de télécharger cette vidéo dans tous ces formats, et ce sans limite.

À propos

Avec choeurs (au choix dans la version KFN)

Tonalité identique à l'original : Mim

Date de sortie : 1997
Styles : Variété française, En français
Auteur-Compositeur : Jean-Jacques Goldman
Arrangeur/Adaptateur : Erick Benzi

Les titres à télécharger sont des playbacks bande orchestre, et non la musique originale.

Paroles Le coureur

Je courais sur la plage abrité des alizés
Une course avec les vagues juste un vieux compte à régler
Pieds nus comme couraient mes ancêtres oh j'ai bien vu derrière ses lunettes
Un type avec un chronomètre
Je suis rentré au soir quand les vagues ont renoncé
Il était déjà tard mais les parents m'attendaient
Y'avait l'homme bizarre à la table
Ma mère une larme un murmure
Des dollars et leur signature
J'ai pris le grand avion blanc du Lundi qu'on regardait se perdre à l'infini
J'suis arrivé dans le froid des villes
Chez les touristes et les automobiles
Loin de mon ancienne vie
On m'a touché, mesuré comme on fait d'un cheval
J'ai couru sur un tapis pissé dans un bocal
Soufflé dans un masque de toutes mes forces
Accéléré plein d'électrodes pour aller jusqu'où
J'avais trop mal
On m'a mis un numéro sur le dos
Y'avait des gens qui criaient, des drapeaux
On courait toujours en rond des clous aux deux pieds pour écorcher la terre
Je la caressais naguère
J'ai appris à perdre, à gagner sur les autres et le temps
A coups de revolver de course en entraînement
Les caresses étranges de la foule les podiums et les coups de coude
Les passions, le monde et l'argent
Moi je courais sur ma plage abrité des alizés
Une course avec les vagues juste un vieux compte à régler
Puis le hasard a croisé ma vie
J'suis étranger partout aujourd'hui
Etait-ce un mal, un bien ?
C'est ainsi

Toute reproduction interdite

Signaler une erreur dans les paroles

Envoyer Annuler