Karaoké Un été - Claude Nougaro

Cet enregistrement est une reprise de Un été rendu célèbre par Claude Nougaro

Formats inclus :

CDG
MP4
KFN
?

Le format CDG (également appelé CD+G ou MP3+G) est compatible avec la majorité des machines karaoké. Il comprend un fichier MP3 ainsi que la synchronisation des paroles.

Ce format est reconnu par la majorité des appareils (Windows, Mac, iPhone, iPad, Android, TV Connectées...)

Ce format est compatible avec le lecteur de karaoké KaraFun Player. Il permet d'ajouter ou retirer les choeurs, le guide vocal, changer le tempo, la tonalité...

Votre achat vous permet de télécharger cette vidéo dans tous ces formats, et ce sans limite.

À propos

Tempo : variable (environ 110 BPM)

Tonalité identique à l'original : Lam

Durée : 05:30 - Extrait à : 02:33

Date de sortie : 1981
Styles : Variété française, En français
Auteur : Bruno Brighetti
Compositeur : Bruno Martino

Les titres à télécharger sont des playbacks bande orchestre, et non la musique originale.

Paroles Un été

Un été où je venais d'atteindre mes quatorze ans
J'avais donné rendez-vous à une enfant
Une petite espagnole du quartier
Un été par la fenêtre ouverte de la villa
Je guettais l'arrivée de ma Paquita
Et puis quand à la grille du jardinet la cloche a carillonné
Je me suis soudain jeté à plat ventre
La joue clouée au plancher de ma chambre
Tremblant roulant des yeux épouvantés
Oh non non j'entendis ma grand-mère crier mon nom
Et j'attendis dans une terreur sans nom
Qu'on me mît en présence de l'été
Et l'été était là debout au milieu de ma chambre
Sous la jupette jaune brunissait l'or des jambes
Et le blanc de ses yeux brillait comme du lait
Il fait chaud cet été l'été était muet alors on est sortis
Et nous avons marché sur la route rôtie
Brûlants comme des rails parallèles on allait
Un été nous marchions côte à côte sans nous parler
Les maisons avaient fermé tous leurs volets
Et parfois l'un de nos doigts se frôlait
Un été mes tempes battaient dans le ciel d'incendie
Et je me disais qu'est ce que je lui dis
Je ne trouvais rien qu'à me trouver mal
Et quand nous fûmes au canal devant le pont où passe une eau malade
J'ai touché la main à ma camarade
En lui tournant le dos j'ai galopé galopé
Loin de la jupe jaune et du visage d'ambre
J'ai couru comme un forcené vers ma chambre
Le cœur craquant des cendres de l'été

Toute reproduction interdite

Signaler une erreur dans les paroles

Envoyer Annuler